investissements russes en FranceLe président français François Hollande a promis jeudi à Moscou de « faciliter » les investissements russes en France, appelant à une augmentation des échanges entre les deux pays pour créer des emplois en France.
« L’enjeu est simple: être davantage présent sur le marché russe, exporter davantage, créer des emplois, attirer des capitaux russes en France », a déclaré M. Hollande lors d’une rencontre avec des hommes d’affaires organisée par la Chambre de commerce et d’industrie franco-russe.
« Nous devons attirer des investissements parce que nous avons besoin d’emplois », a-t-il insisté, estimant que l’Etat devait « faciliter ces implantations ».
« En ce qui concerne les capitaux, pour faciliter leur investissement en France, nous avons pensé qu’il serait souhaitable qu’il y ait avec la Caisse des dépôts et un fonds souverain russe, ou plusieurs, un partenariat de manière à ce que nous puissions développer les investissements », a annoncé le chef de l’Etat.
La Russie est le quatrième partenaire commercial de la France et les échanges entre les deux pays ont progressé de 15% en trois ans, a souligné le président français.
Interrogé sur les moyens d’encourager les investissements russes, François Hollande a jugé qu’il fallait « faciliter les visas » pour les investisseurs et reconnu « une sorte de suspicion à l’endroit des investissements que cet argent ne serait pas forcément le plus pur possible ».
« Nous avons des règles (…). Nous appliquerons ces règles sans considérer qu’il y aurait une fatalité qui toucherait tel ou tel pays », a-t-il indiqué.
Concernant les investissements français en Russie, M. Hollande a dit souhaiter « que le savoir-faire français soit encore mieux reconnu en Russie » et distingué investissement français à l’étranger et délocalisation.
« Une délocalisation c’est supprimer des emplois en France, un investissement français à l’étranger, c’est un investissement qui permettra de stimuler une activité ici pour tirer une exportation française et donc créer des emplois en France », a-t-il estimé.