otages français camerounJean-Yves Le Drian, ministre de la Défense, a écarté mardi toute négociation avec les ravisseurs des sept otages français au Cameroun. «On ne négocie pas sur ces bases-là, avec ces groupes-là», a déclaré à propos de la revendication figurant dans une vidéo diffusée lundi par le groupe islamiste Boko Haram, qui exige la libération de jihadistes détenus au Nigeria et au Cameroun contre celle des otages.

«Nous utiliserons tous les moyens possibles pour assurer la libération des otages, ceux-là ou les autres, c’est ce que nous faisons», a poursuivi Le Drian. «Mais on ne joue pas à ce jeu de surenchères, parce que ça, c’est le terrorisme». Une vidéo des otages – trois adultes et quatre enfants d’une même famille – a été postée lundi sur YouTube par des ravisseurs disant appartenir au groupe islamiste nigerian Boko Haram. Ces derniers demandent aux autorités du Cameroun et du Nigeria de procéder à des libérations de plusieurs compagnons.